© 2018. SPORT DESIGN  Mentions légales

[série créateurs 5/5] OTH Paris, une empreinte singulière


OTH. Des semelles réalisées à partir de pneus recyclés

En mai 2018, Arnaud Barboteau lance une sneaker à la semelle conçue à partir de pneus recyclés. Une approche novatrice et responsable, née du désir de ce grand voyageur de prendre le contre pied d’une vie à cent à l’heure et d’aller où personne ne va. Et OTH ? Comprenez Off The Hook ou « décrocher » en français !


Comment est née cette idée de recycler les pneus ?

J’étais acheteur dans le textile mais cela correspondait peu à mes valeurs. L’idée m’est venue en tombant sur la photo d’un enfant africain qui découpait un pneu pour faire des sandales.


Arnaud Barboteau

Par quoi avez-vous commencé ?

En récupérant des pneus chez le garagiste, j’ai testé différents moyens de découpes, à la scie sauteuse, à l’emporte-pièce... Puis, avec quelques pièces réalisées dans une usine de découpe, je suis parti au Portugal. Dans l’atelier, ils n’avaient jamais vu ça et trouvaient l’idée excellente. Puis j’ai travaillé avec une usine de recyclage et une usine de semelles pour coordonner les techniques. Il a fallu deux ans pour trouver la bonne manière de la concevoir.



Comment ?

En proposant une production 100 % européenne, encadrée par des dispositions légales en termes de conditions de travail, de traitement des matières et d’utilisation des

matériaux toxiques. Je conçois en France, les cuirs viennent d’Italie et je fais fabriquer à la main au Portugal. Étant un petit client qui travaille en direct avec de petites usines, tout est transparent et je sais pertinemment qui fait quoi sur mes produits !


Parlez-nous du modèle « Gravière »

C’est une sneaker basse, mixte, déclinée en trois coloris. La semelle étant un élément hyper différenciant, un designer m’a dessiné un modèle épuré. Par crainte que la mise en avant du recyclage soit trop moralisatrice, j’ai préféré parler de road trip ! Son nom est donc celui d’une plage cachée des Landes et ses coordonnées GPS figurent à l’arrière.

Par la suite je vais juste varier la semelle, je pense à du blanc moucheté noir et du miel. Au niveau éco-responsable et durable je veux un modèle qui ne passe pas de mode.


Un état des lieux ?

En août j’ai connu une rupture de stock ! En plus de l’e-shop, les produits sont dans plusieurs concept-stores et market places français et européens. Une nouvelle production est en cours, différentes enseignes souhaitent distribuer la marque, cela démarre au-delà de mes espérances !


CL