© 2018. SPORT DESIGN  Mentions légales

Me:sh, la révolution industrielle de Salomon


En attendant de voir des imprimantes 3D dans les magasins ou la machine qui nous tricotera la chaussure idéale directement autour du pied, Salomon franchit le pas avec le programme S-Lab Me:sh, qui propose des chaussures de running pour le trail et la route, fabriquées à Annecy.


« Avec Me:sh, nous cassons les règles ! », lance Jean-Marc Pambet, président de Salmon et vice-président footwear du groupe Amer Sports.

« Le projet est né d’une vision stratégique, fondée sur notre conviction qu’il va falloir transformer le modèle qu’a connu le secteur de la chaussure de sport ces 30 dernières années. Et cela, tant fois du point de vue du consommateur, pour qui la personnalisation sera déterminante, que du point de vue industriel car le processus de création de modèles de chaussures devra être plus rationalisé. Actuellement 70 % de nos chaussures de sport sont produites en Asie, alors qu’elles sont achetées à 80 % en Europe et en Amérique du Nord », souligne le pdg.


Des athlètes au grand public


C’est sur le mode start’up entouré du plus grand secret que Salomon a monté ce programme autour d’une équipe autonome de neuf personnes et d’un fablab dédié installé dans le vaste Design Center du groupe à Annecy. Lancé début juin 2017, le programme va être testé pendant une année dans l’Hexagone avec une dizaine de magasins partenaires, avant d’être élargi à d’autres marchés en ouvrant progressivement un fablab par pays.

« Nous avons travaillé en mode commando, tout en faisant appel aux ressources du groupe, explique Jean-Yves Couput, manager du programme. Il a fallu entièrement repenser la conception d’une chaussure ». Avec comme leitmotiv : simplifier.


Quant à la personnalisation, Salomon la pratique depuis des années pour ses athlètes dans différents sports. Or, en 2008, le traileur Kilian Jornet avait demandé aux responsables du département R&D pourquoi ils ne proposaient pas ce service personnalisé au public. « Le service que Salomon offre aux athlètes est fantastique », déclare Kilian Jornet. « Mais alors que Salomon fabrique des produits pour tous, j’ai toujours ressenti une gêne à pouvoir obtenir certaines choses inaccessibles aux autres », confie le champion.

Kilian Jornet, parrain du programme Salomon Me:sh

C’est comme cela que le projet Me:sh a vu le jour, après des années de développement et de tests. « Désormais, avec le concept S-Lab Me:sh, il n’est plus nécessaire d’être un athlète de haut niveau pour avoir une chaussure personnalisée », ajoute Kilian Jornet. Voilà pour le story-telling.


« made in Annecy »


Mais ce n’est pas tout de personnaliser. Comme les pros, les clients auront eux-aussi accès aux coulisses de Salomon. En effet, à partir du mois de septembre, le client d’une S-Lab Me:sh pourra, sur rendez-vous, assister à la fabrication de sa paire de chaussures. « Notre volonté est de répondre aux besoins de chaque coureur et de lui proposer une nouvelle expérience client », souligne JeanMarc Pambet.


Pénétrer dans l’antre Me:sh reste un privilège. Le fablab dispose de son propre accès sécurisé au sein du Design Center. Une fois entré, il faut traverser un sombre couloir dans une ambiance plus ésotérique que high-tech. Une seconde porte donne sur une salle d’où l’on peut découvrir l’atelier derrière une baie vitrée. Des opérateurs s’affairent autour de trois machines et d’un robot. Pour expliquer aux visiteurs le concept Me:sh, les différents composants de la chaussure sont exposés dans la salle en kit et de façon didactique.



Innovation technique


La principale innovation vient de la tige. Plutôt que d’utiliser le procédé classique de découpage et d’assemblage de nombreuses pièces textiles, Salomon a adopté le tricotage circulaire 3D ou jacquard. La pièce maîtresse, baptisée Twinskin, est tricotée en Italie. Il s’agit d’une sorte de chaussette, dont l’un des fils est fusible. La Twinskin est enfilée sur une forme, sur laquelle est ensuite placée une armature translucide en PU, appelée Skeleton, avant de retourner la chaussette par dessus. L’armature est ainsi prise en sandwich dans le tricot. L’ensemble est soudé par fusion et ensuite assemblé avec le bloc semelle. « Nous avons considérablement rationalisé le processus. Nous avons réussi à descendre à 12 composants contre une cinquantaine sur une chaussure classique, et à 30 opérations manuelles ou robotisées, contre environ 180 », explique Jean-Yves Couput.

Pour cela, le fabricant a mis au point une toute nouvelle machine de fusion et a développé un logiciel spécifique pour piloter le robot.



Service haut de gamme


Pour le client, l’opération débute dans le magasin partenaire par la prise de mesures du pied et par un échange avec le détaillant sur sa façon de courir et sur le type de produit qu’il recherche. Le client aura le choix entre quatre largeurs et volumes par pointure, trois drop (6, 8, 10 mm), trois Skeletons, deux densités d’EVA, trois types d’inserts talon et medio-pied selon la foulée et enfin trois types de semelles externes.


Côté esthétique, trois couleurs sont disponibles pour la tige comme pour le bloc semelle, plus quelques autres fioritures. Le programme personnalisé « Unique to Me » propose ainsi 531 441 variantes possibles, dixit le fabricant. « Il faut compter 45 mn en magasin pour l’entretien, mais le client peut à l’avance enregistrer certains choix sur internet, comme la couleur. Le temps de production dure 1 h 42 », précise le responsable. Le tarif de cette paire de chaussures personnalisée « made in Annecy » est de 300 €.


Pour un peu moins cher, la marque propose les modèles « Unique to Our Community » qui sont prédéfinis en partenariat avec les détaillants et estampillés à son nom. Il s’agit d’un vrai SMU personnalisé pour un minimum de trente paires, vendu à 230 € prix public.


Enfin, troisième possibilité pour le consommateur : s’offrir la même chaussure que celle configurée par Kilian Jornet, parrain du projet. Le modèle est baptisé Zegama (230 €).


Une distribution sélectionnée


Seulement neuf magasins ont été sélectionnés pour la première année de rodage : Ravanel à Chamonix, i-Run à Toulouse, Running Trail & Cie à Perpignan, Ben Run à Saint-Etienne, Running Conseil à Cernay, Sobhi Sport à Rennes, Endurance Shop à Paris-Montparnasse, Runner’s Lab en Belgique. « Nous allons travailler avec les hyper spécialistes du running, qui ont la connaissance et la clientèle », indique Jean-Marc Pambet.

Le nom Me:sh (maille en anglais) se veut ici la contraction de « me » et « shoes », tout en évoquant l’idée d’un nouveau maillage entre la marque, le détaillant et le consommateur.


« Nous sommes en train de créer un nouveau marché, tout est encore nouveau et nous allons beaucoup apprendre de cette première année au contact de nos partenaires détaillants et des consommateurs. Cela s’inscrit dans un double courant qui est de repenser à la fois la production dans une logique plus durable et la relation client à l’heure d’internet. Nous sommes en train d’écrire le première page d’un roman qui suivra les évolutions technologiques», souligne le pdg.


Jean-Marc Pambet, président de Salomon

L’œil du détaillant : Ravanel & Co, Chamonix


Patron d’un magasin de référence à Chamonix, Thierry Ravanel a travaillé depuis quatre ans avec Salomon sur ce projet. « C’est une vraie révolution et encore je pense que nous en sommes qu’au début car c’est un projet évolutif », souligne-t-il. « Cela conforte le magasin spécialisé dans son rôle de conseil. Il s’agit d’une co-création de la chaussure avec le coureur. Quand je vois le temps que l’on passe déjà aujourd’hui avec un client, je pense qu’il faut bien une heure pour prédéfinir un modèle Unique to Me avec lui ». Le temps de livraison est de trois semaines. « C’est un peu long, mais le délai va être raccourci. Il est clair que nous allons essuyer les plâtres, mais c’est passionnant de collaborer à ce programme ! Et peut-être que dans quelques décennies on fabriquera les chaussures directement dans le magasin... », ajoute Thierry Ravanel.

Les équipes du magasin ont développé un modèle « Unique to Our Community » spécifiquement pensé pour la pratique du trail dans les environs de Chamonix. D'abord réservé à Ravanel & Co, ce modèle baptisé MB LTD Edition sera également disponible dans les autres magasins de la vallée.