Mazda MX-5 RF Un coupé à découvrir

Mis à jour : 19 mai 2018

A l’heure où l’industrie automobile nous emmène vers une conduite autonome, la MX-5 RF renoue avec le plaisir de piloter. Ni rustique, ni aseptisée, mais un juste équilibre pour une efficacité sans excès. Contact.


La MX-5 RF, mi coupé, mi targa, devrait contribuer activement à l’essor de Mazda dns l’Hexagone.

Elégante, mais pas arrogante, nerveuse, mais pas frimeuse, la nouvelle MX-5 RF affiche une silhouette sportive et dynamique, dans le courant du design japonais Kodo, qui symbolise l’esprit en mouvement. Produit à plus d’un million d’exemplaires, le coupé Mazda s’affiche aujourd’hui en version « Retractable Fastback » type targa. Il ne s’agit pas ici d’un banal panneau escamotable, mais d’un toit rétractable à commande électrique, qui se plie en une poignée de secondes, laissant découvrir un habitacle réduit mais accueillant. Le cockpit tendu de cuir noir, aux discrètes piqûres sellier rouges, équipé de sièges Recaro, cultive un esprit sport de façon plutôt réussie.

La MX-5 RF ne s’inscrit pas dans le registre de la démonstration, avec son deux litres de 160 ch. Mais son gabarit compact (moins de 4 mètres de long), son faible poids (1,05 t) et son équilibre des masses (50/50), sont une franche invitation au pilotage, au plaisir de dessiner des trajectoires, d’enrouler les courbes et virages.

Une légère pression sur le bouton start et le bloc Skyactiv 2.0 donne de la voix. Le timbre rauque d’un quatre cylindres prêt à en découdre sur le ruban d’asphalte.

Le moteur est servi par une boîte mécanique 6 vitesses, plus authentique dans l’esprit que la boîte auto, également disponible. L'étagement, court sur les premiers rapports, permet presque de tout faire en troisième avec onctuosité. Et quand il faut jouer du levier, c’est pour trouver un guidage précis, un verrouillage franc, un débattement court. Une boîte parfaite ! Fidèle à la philosophie qui a présidé à la conception de la première version il y a près de trente ans, la MX-5 se montre très agile sur les petites routes sinueuses.

Bien calé dans le siège type baquet, enveloppant mais confortable, le coupé nous offre une excellente position de conduite. La direction assistée électriquement préserve le toucher de route. La suspension est efficace, ferme en virage, mais suffisamment souple pour amortir les irrégularités de la route. Le train avant se montre précis et l’auto, bien équilibrée, pivote avec aisance même dans les épingles les plus serrées. Joueuse, mais pas piégeuse.

Car, bien qu’elle prenne le nom de Roadster dans son pays d’origine, la MX-5 n’est pas de la veine de ces petites barquettes anglaises rustiques et imprévisibles, mais bien une auto facile et agréable à conduire.


Le toit se déploie et se replie dans le coffre en 13 secondes, tout en roulant au pas jusqu’à 10 km/h.

Le plaisir aussi de rouler cheveux au vent, connecté naturellement à son environnement, tout en étant préservé des remous d’air. Le toit se déploie et se replie dans le coffre en 13 secondes, et cela tout en roulant au pas jusqu’à 10 km/h. Le coffre, ou plutôt le rack à bagages, permet d’emporter généreusement deux valises cabine et quelques broutilles en plus. On est dans un coupé sport, pas dans une GT.

L’influence du toit rigide mécanique sur le poids total du véhicule est indolore, la version RF n’avouant que 40 kg de plus que le cabriolet à capote souple, le constructeur ayant fait appel à l’aluminium et aux matériaux composites. Quant au surcoût, il est de 2 500 euros pour la RF par rapport au cabriolet.

Cette nouvelle MX-5, mi coupé, mi targa, devrait contribuer activement à l’essor de Mazda dans l’Hexagone. La marque affiche 10 300 véhicules vendus en 2016, tous modèles confondus, en croissance de 23%, et ambitionne de maintenir ce rythme pour l’année en cours, riche en nouveautés.

EG

Caractéristiques : 4 cylindres 16s, 1998 cm3, 160 ch, 200 Nm, 215 km/h, 0-100 km/h: 7"5, Conso: 7L, CO2: 154 g Prix indicatif : 33 250 €ttc

© 2018. SPORT DESIGN  Mentions légales