© 2018. SPORT DESIGN  Mentions légales

Mathilde Lacoste, Fusalp :
 « Réussir la fusion entre style et fonction. »

Mis à jour : 16 mai 2018

Réussir l’alchimie entre style et fonction, mais aussi entre héritage et modernité, sont les challenges de la directrice artistique de Fusalp. Rencontre.


Directrice artistique de Fusalp, Mathilde Pigeon-Lacoste, diplômée de l’Ecole Duperré, a travaillé pendant vingt ans chez Lacoste SA en tant que responsable des tendances et du développement.

La fonction n’est pas une entrave à la
création, au contraire, estime Mathilde 
Lacoste, qui, après une longue expérience
dans la marque de sportswear éponyme,
 a pris les rênes du style chez Fusalp. « Je
 dirais même que penser à l’utilisation
 d’un vêtement stimule la créativité. Derrière l’esthétique pure d’un vêtement, il y
a un usage réel, avec ses codes et ses 
contraintes. C’est ce que je trouve très
 intéressant dans le sport en général et
 dans le ski en particulier. Fusalp a la
 chance de bénéficier d’un double héritage sport et mode, puisque la marque a été créée par une famille de tailleurs. Le challenge, c’est de réussir cette fusion entre le style et la fonction. Nous utilisons des matières techniques, des membranes, des garnissages Primaloft, etc. Pour autant, nous ne sommes pas dans le registre d’une technique agressive. Il s’agit d’ancrer la collection ski sur le terrain de la mode. Nous avons ainsi travaillé le thème trois couches de manière très technique, en utilisant par exemple une laine Schoeller, tout en jouant avec des codes très urbains ».

« Notre démarche est d’inscrire la marque dans la modernité, sans renier le passé. Son patrimoine est très riche.»

Fusalp, née en 1952 avec l’essor des sports d’hiver, véhicule avec elle la grande épopée du ski tricolore. « Notre démarche est d’inscrire la marque dans la modernité, sans renier le passé. Son patrimoine est très riche. Nous continuons ce travail de recherche sur l’âge d’Or de Fusalp dans les années 60 et 70. Cette influence s’est par exemple traduite par certains détails comme le rembourrage sur les coudes et les genoux ou encore, dans la collection estivale, par les imprimés façon pointillisme d’images rétro d’anciens champions. Mais au-delà des références au passé, il y a chez Fusalp, depuis la création du fuseau, un discours de forme et une énergie graphique très spécifiques, qui s’expriment à travers une silhouette, une coupe, des vêtements conçus pour un corps en mouvement », explique la styliste. Après une collection hivernale 15/16 – la première de la nouvelle équipe Lacoste – très marquée par le bleu marine, la collection 16/17 laisse un peu plus de place aux couleurs vives. « Personnellement, j’adore la couleur ! Nous avons réintroduit un jaune très lumineux et des rouges orangés », indique Mathilde Lacoste. Si la collection cultive volontiers le rétro, tout particulièrement dans les lignes féminines, elle prend le parti du « moderne chic » et pousse le curseur vers le très haut de gamme, avec quelques pièces luxe. « Nous continuons à progresser sur ce segment qui correspond au positionnement que l’on veut avoir à l’avenir pour Fusalp ». L’entreprise ambitionne parallèlement de se déployer dans le prêt-à-porter, avec une gamme élargie qui représente un tiers de la collection. Avec un pied à Annecy et l’autre à Paris, Fusalp joue la passerelle entre la ville et la montagne. « Nous souhaitons transposer les codes du vestiaire urbain sur le terrain du sport et d’autre part apporter notre savoir faire technique des pistes de ski à la ville ». EG