Lululemon x Roksanda « Pousser plus loin le concept d’athleisure »


La créatrice serbe signe une collection capsule haute en couleurs entre sport et mode pour la marque canadienne qui a fait du yoga un sport cool en Amérique du Nord.


Kate Middleton, Michelle Obama, Melania Trump et les actrices Cate Blanchett, Kristen Stewart et Keira Knightley sont fans des créations ultra féminines mixant minimalisme et maximalisme de Roksanda Ilinčić. La créatrice de mode d’origine serbe, aujourd’hui installée à Londres a transposé son univers à la fois sobre et spectaculaire au sport dans une collaboration avec Lululemon. Amorcée cet automne, une suite est attendue au courant du mois de janvier.

Connue pour son travail de la couleur et des jeux de volumes savants, Roksanda Ilinčić a étudié l’architecture et le design à l’université des arts de Belgrade avant d’obtenir un master à la prestigieuse école Central Saint Martins de Londres en 1999. Elle a lancé son propre label, Roksanda, en 2005.

La mini collection de 17 pièces qu’elle a dessinée pour Lululemon s’inscrit dans la mouvance athleisure, mot valise associant athlétisme et loisir, et vise la polyvalence entre ville et salle de gym. « Il est important pour moi de rester en phase avec l’époque et les modes de vie des femmes, explique la créatrice. Le rythme de nos vies a changé et a eu un impact sur la manière dont nous nous habillons. Les baskets sont entrées dans nos garde-robes quotidiennes, on peut porter un T-shirt ou des leggings en toute circonstance. Pour un designer, il est essentiel de s’adapter à ces évolutions, et avec cette collaboration, j’ai cherché à pousser le concept un peu plus loin. » Les pièces de la collection se répartissent entre doudounes extravagantes, pièces près du corps pour la pratique et vêtements plus mode, le tout dans une palette éclatante et épicée.


Superpositions savantes

La collection alterne grandes pièces amples à superposer sur des justaucorps multicolores. « Les frontières de la mode sont de plus en plus floues, les femmes portent des vêtements de sport tous les jours. C’est une évolution merveilleuse. Moi-même je porte un des tops à manches longues avec mes vêtements habituels. Je m’amuse à mélanger pièces techniques et mode », a déclaré la créatrice dans une interview à Vogue.

Pour Lululemon, le développement de gammes athleisure est devenu stratégique face à concurrence de plus en plus forte sur son territoire historique de majors comme Nike, qui a lancé une ligne de yoga en 2019 ou des enseignes de fast fashion, qui ont aussi développé leurs lignes sports. Le groupe canadien a annoncé cette année la mise en place d’un plan de croissance sur les cinq années à venir. Celui-ci a trois principaux objectifs : doubler les ventes homme, doubler les ventes en ligne et quadrupler les ventes à l’international. Ses résultats restent néanmoins positifs. Sur son exercice 2018, l’entreprise a vu son CA augmenter de 24% à 3,3 milliards de dollars canadiens (2,26 milliards €). Au cours des 9 premiers mois de 2019, ses ventes ont bondi de 23% par rapport à la même période de l’année précédente, pour atteindre 2,6 milliards (1,8 milliard €). Début 2019, le groupe comptait 440 points de vente à l’enseigne.

De son côté, le fondateur de la marque Chip Wilson occupe à nouveau la une des médias. Évincé du groupe en 2013, victime avant l’heure du mouvement #MeToo pour un tweet où il suggérait que Lululemon n’était pas fait pour habiller les rondes, il vient d’investir 100 milliards de dollars canadiens dans le groupe de sport chinois Anta, s’octroyant 0,6% des actions selon le magazine Forbes. Sa société d’investissement, Anamered Investments, faisait partie, avec Anta, du consortium qui a pris le contrôle du groupe finlandais Amer Sports (Salomon, Atomic, Arcteryx…) en 2019. SB



© 2018. SPORT DESIGN  Mentions légales