La Haute Route

Rémi Duchemin : « Un fort engouement pour le vélo et les sports d’endurance »

Des épreuves très sportives et un service haut de gamme sont les ingrédients clefs de la Haute Route, qui s’est imposé en six ans comme le premier circuit mondial de cyclo-sportives à étapes. Les explications de Rémi Duchemin, directeur exécutif d’OC Sport.

Après la traversée des Alpes - l’épreuve fondatrice entre Nice et Genève - la Haute Route s’est démultipliée, prenant la direction des Pyrénées, des Dolomites, avant de se décliner sur des formats plus courts à l’Alpe d’Huez, au Ventoux, et de s’exporter aux Etats-Unis, en Oman, en Norvège.

Cette série d’épreuves cyclo-sportives pour amateurs très affûtés connaît un succès grandissant depuis sa création en 2011. Son organisateur, OC Sport a privilégié un peloton limité (500 coureurs) et des prestations haut de gamme.

Sur chacune des épreuves classiques, les participants parcourent entre 800 et 900km et gravissent plus de 20 000 mètres de dénivelé positif en sept étapes chronométrées dont un contre-la-montre individuel.

L’année 2017 a marqué un tournant avec plusieurs nouveautés. Tout d’abord le lancement de la première Mavic Haute Route Rockies, qui relie Boulder à Colorado Springs en sept jours à travers les plus célèbres routes du Colorado.

Autres nouveautés, les formats « courts » de trois jours (environ 250 km, 8 500 D+). « Un format plus accessible physiquement et plus facile à caser dans un emploi du temps », explique Rémi Duchemin. Lancé sur deux sites emblématiques, l’Alpe d’Huez et le Ventoux, le concept 3 jours a été démultiplié en 2018, en Norvège, à Oman, en Italie (le Stelvio, les Dolomites), mais aussi aux Etats-Unis (San Francisco, Asheville, Utah).

« L’effort et l’endurance sont des valeurs plébiscitées par la catégorie de chefs d’entreprise et cadres dirigeants ».

« Le plan global de développement de la Haute Route est porté par la demande des pratiquants, qui ne cesse d’augmenter », indique l'organisateur. En l’occurrence des pratiquants issus de catégories socio-professionnelles supérieures, comme en témoigne l’intérêt pour la Haute Route de partenaires comme Maserati et TAG Heuer. « Depuis la fin des années 2000 on a observé dans les pays anglo-saxons un changement du profil sociodémographique des cyclistes, qu’on retrouve aussi en Asie, avec un fort engouement pour le vélo de la part de chefs d’entreprise, de cadres dirigeants ou de membres de professions libérales. Une population qui, il y a 10 ans, pratiquait le golf et, il y a 20 ans, le tennis. Hier, ils faisaient du business sur les green, aujourd’hui, c’est en roulant », observe Rémi Duchemin. Une tendance qui s’inscrit dans un courant plus général en faveur des sports d’endurance, analyse-t-il : « L’effort et l’endurance sont des valeurs plébiscitées par cette catégorie de population. On le voit à travers le cyclisme, mais aussi avec l’essor du running, du triathlon, du trail ou encore de la natation en milieu naturel, sans oublier le ski de randonnée qui connaît une seconde jeunesse. Cette population plébiscite la ténacité, l’effort, le fait d’atteindre l’objectif fixé. C’est un phénomène global ; nous avons identifié 85 pays qui connaissent ce boom des sports d’endurance. Enfin, il faut noter que ce phénomène est mixte. Il y a une forte féminisation qui s’opère dans le vélo. Rien que sur nos événements nous sommes passés de 2 à 12% de femmes. Et dans le running cela n’est plus à démontrer. » Le circuit des Haute Route s’inscrit dans cette dynamique. EG


© Photos OCSport/M.Molle


OC Sport en bref

OC Sport est une filiale du groupe de presse brestois Le Télégramme, qui était déjà propriétaire de la société événementielle Pen Duick (La Route du Rhum, Transat AG2R…), avant de prendre le contrôle en 2014 d’OC Sport, acteur international de la course au large (Extreme Sailing Series, The Transat…) fondé par Mark Turner, qui avait pour sa part déjà fusionné en 2010 avec Third Pole (Marathon de Genève), fondé par Rémi Duchemin. OC Sport est également détenteur de la licence UTMB International.

© 2018. SPORT DESIGN  Mentions légales