Federico Musi : « De grandes ambitions pour Look »

Mis à jour : 29 juin 2018

Passé en juin 2016 sous le contrôle du fonds d’investissement Activa Capital, le champion tricolore des pédales automatiques et des vélos haut de gamme négocie un nouveau virage. Le point avec Federico Musi, Pdg.



Une nouvelle stratégie de marque, un élargissement des gammes, une nouvelle plateforme web... Federico Musi, nourrit de « grandes ambitions » pour Look Cycle. L’ancien patron de Piaggio France, a pris le guidon de « la manufacture Look », comme il l’appelle, il y a sept mois. Pour le nouveau pdg, le statut de fabricant est un atout majeur. « Look est l’une des rares marques qui développe et fabrique ses produits, avec une grande expertise sur le travail du carbone, alors que la majorité des concurrents ont déplacé la production et le savoir-faire en Asie. Ce qui m’a profondément marqué en arrivant dans l’entreprise, c’est la place très forte de l’innovation, de la performance sportive et le rôle de la marque dans l’histoire et la culture du vélo. C’est en capitalisant sur ces trois piliers que nous allons construire le projet de marque et le projet d’entreprise ».


Faire briller cette pépite de carbone et aussi les yeux des clients, tel est l’objectif de Federico Musi. « Nous allons élargir notre langage de communication pour activer tout ce qui gravite autour de l’expérience et de l’émotion dans l’utilisation de nos produits. Nous devons d’abord parler de sensations et instiller un sentiment de fierté de rouler en Look, d’accéder à son rêve. Dans cette esprit nous avons créé une nouvelle signature : Ride your dream », explique le patron. Look Cycle réalise un chiffre d’affaires de l’ordre de 45 M€ (50 % pédales, 50 % vélos), réalisés à 65 % en Europe, 25 % en Asie, 10 % aux Etats-Unis. La croissance passera en particulier par « un élargissement horizontal et vertical » de la gamme, tout en restant sur le segment « performant sport » pour les vélos, les pédales et les roues avec la marque Corima (rachetée par Look en janvier 2016). L’objectif étant de descendre d’un cran pour occuper le segment des 2 500 à 5 500 euros, « qui est plus attractif pour un réseau de détaillants », souligne Federico Musi.

Autre priorité, la stratégie digitale, avec en particulier une nouvelle plateforme web, « pour permettre d’engager le client plus directement, en offrant la possibilité de configurer son vélo en ligne et de le faire livrer chez un détaillant agréé ».

Le pdg n’exclut pas d’autres acquisitions, « ou des partenariats stratégiques sur le développement produit ou la distribution, à l’instar de notre accord avec SRM sur la mesure de puissance. Il faut privilégier la flexibilité ».

Enfin le sport reste au cœur de l’entreprise. « La marque soutient cette année une vingtaine d'équipes et douze athlètes de différentes disciplines, route, VTT, piste, triathlon, critérium ». La marque s’investit aussi dans le format granfondo, en devenant le sponsor titre des Marmotte Séries, qui se dérouleront cet été dans les Alpes françaises, autrichiennes et dans les Pyrénées. EG

© 2018. SPORT DESIGN  Mentions légales