© 2018. SPORT DESIGN  Mentions légales

Dany Garand, Audi AG : « Un design moderne et progressiste »

Mis à jour : 23 mai 2018

Diplômé du Royal College of Arts, Dany Garand est Responsable du design extérieur de la marque aux anneaux. Pour Sport Design, il explique les grandes orientations stylistiques du constructeur et les relations entre ingénierie et design. Rencontre.


Canadien d'origine, Dany Garand a débuté sa carrière chez l’industriel Bombardier, puis entre chez Lotus, la marque qui lui a donné le virus de l’automobile, suivi de Honda, avant de rejoindre en 2000 le bureau de design d’Audi à Ingolstadt.

Comment définissez-vous le design automobile?

Dany Garand : Au contraire d’autres formes de conception, le design automobile trouve sa correspondance dans le mouvement. Nos formes découlent de l’aérodynamique et doivent donc anticiper la vitesse. Le design est en même temps l’expression de notre identité de marque. Prenons l’exemple de la Quattro : la transmission intégrale s’exprime par l’accentuation des quatre roues, par des muscles sur les passages de roue avant et arrière. Nous créons ainsi une symbiose entre la technique et le design et rendons la technique tangible.


Les designers automobiles sont-ils les héritiers des grands carrossiers des années 1920/1930?

Dans l’industrie automobile, le design est aujourd’hui un travail d’équipe. Chez Audi, tous les métiers concernés travaillent ensemble sur le processus de développement – du design à la production, en passant par les diverses spécialités du développement technique. Cette étroite collaboration est un important garant du succès de la marque.

Un bon design automobile demande des proportions équilibrées, qui ne sont pas prescrites par le « package technique ».


Est-ce que l’ingénierie détermine le design ? Jusqu’à quel point les choix technologiques ont-ils une influence sur le design ?


Le point de départ d’un développement de design est défini par le «package technique». Toutes les données cadres y sont ancrées, comme la longueur et la largeur du véhicule, l’empattement, la voie et les exigences ergonomiques. Un bon design automobile demande toutefois aussi des proportions équilibrées, qui ne sont pas prescrites par le package technique. C’est là que le designer envoie en retour ses exigences à la conception technique.


Le travail du designer est-il de concilier ingénierie et style ?


Chez nous, chacun à son mot à dire. Tous les métiers concernés sont en échange permanent dans le cadre du processus d’ingénierie simultanée.


Qu’est-ce qui influence les tendances
 et d’où vient cette influence ?


Les grandes tendances, comme l’urbanisation et la numérisation, changent notre monde à grande vitesse – et donc aussi la mobilité. Cela pose d’immenses défis aux constructeurs automobiles en général et à nous, designers, en particulier. Une voiture a un cycle de vie d’environ sept ans. Si l’on tient compte du processus de développement en amont et de la phase d’utilisation des voitures en aval, un design automobile doit trouver une acceptation sur plusieurs décennies. Et c’est exactement notre exigence : Audi s’engage pour un design durable. Nous ne voulons pas suivre des modes fugaces, mais être modernes et progressistes à long terme.


"La calandre marquante, accompagnée de la signature lumineuse filigrane des phares avant, est devenue le caractère d’identification d’Audi."

Qu’est-ce qui est exemplaire de la philosophie de design d’Audi ? Quel est le rôle de la calandre et des phares dans l’identité de la marque ?


Beaucoup de corps, peu de verre – telles sont les proportions de base sur lesquelles nous nous orientons. La position basse du siège donne un sentiment de sécurité à l’intérieur, alors que les proportions confèrent une apparence sportive à l’extérieur : la partie cabine est assise sur un corps puissant. Mais ce n’est que l’un des signes distinctifs qui marquent notre design. Depuis l’introduction du Singleframe avec l’A6 en 2004, la calandre marquante, accompagnée de la signature lumineuse filigrane des phares avant, est devenue le caractère d’identification d’Audi. Aujourd’hui, nos automobiles sont reconnues dans le monde entier à leur visage caractéristique. Le moment est donc venu de faire évoluer le design Audi de manière ciblée.


Quelles valeurs de base sont exprimées 
par ce design ?


Audi est représentée par le slogan « Vorsprung durch Technik » (l’avance par la technologie). Plus encore : notre marque se caractérise par sa sportivité, sa qualité supérieure et son caractère progressiste. C’est exactement ce que nous voulons exprimer aussi par le design.


Tenez-vous des groupes de consultation
 avec des consommateurs avant de lancer
 un nouveau modèle ?


Oui, nous effectuons des consultations approfondies pour chacun de nos nouveaux modèles. Nous en retirons des informations importantes sur l’acceptation de la voiture, mais aussi de caractéristiques individuelles, auprès de clients potentiels.


Comment un constructeur automobile peut-il répondre aux goûts européens, américains
et asiatiques ? La taille d’un marché tel que
la Chine a-t-elle une influence sur le design ?

Nous avons un objectif clair : nos automobiles doivent répondre au goût des clients dans le monde entier – en principe comme la bouteille de Coke. C’est pourquoi il faut aussi connaître les « goûts locaux » dans le monde entier. Nous avons ainsi, outre le centre de design à Ingolstadt, des studios dans de nombreux autres pays, par exemple en Californie ou à Pékin.



Qu’est-ce qui a changé sur la nouvelle R8
 et pourquoi ?


Notre supercar sportive représente, comme aucun autre modèle de la gamme, la quintessence du transfert technologique entre le sport automobile et le véhicule de série. C’est pourquoi les ingénieurs ont développé la R8 et la R8 LMS en parallèle. Le résultat : près de 50 % des pièces sont identiques. Au niveau du design, ce parallélisme est exprimé par une cabine placée très en avant, un dos long et coulant, ainsi qu’un empattement relativement court. Avec le Sideblade bipartie, cela donne à la nouvelle R8 une tension et une allure sportive encore plus marquées. L’élément marquant de l’habitacle est le « monoposto », un grand arc épuré qui entoure le conducteur et lui confère ainsi le sentiment de se trouver dans le cockpit d’une voiture de course. Le concept de commande est centré sur le conducteur, toutes les fonctions importantes sont à sa portée immédiate.


Qu’est-ce qui est plus difficile pour un designer: la conception d’un nouveau modèle ou l’évolution d’un modèle de référence comme la TT ou la R8 ?

C’est une question de point de vue : pour le designer, le développement d’un modèle entièrement nouveau pose le défi de se dégager des conventions établies et de créer un concept qui gagne le cœur des clients. Pour une voiture connue, par contre, la question qui se pose est de savoir comment la nouvelle génération peut se différencier de son prédécesseur sans le renier. Cela est particulièrement difficile quand il s’agit, comme avec la TT, d’un modèle qui est déjà considéré par beaucoup comme une icône du design. Mais ce sont précisément les défis qui nous ont attirés vers le design automobile. C’est exactement pour cela que nous travaillons chez Audi.


Emmanuel Gravaud


L’habitacle de demain


Tableau de bord numérique, pilotage
 automatique, divertissement : comment
 sera conçu l’habitacle de la voiture du futur ?


« La technique de l’automobile a toujours une forte influence sur ses
 formes, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Prenons l’exemple de l’e-mobili
té : les entraînements électriques permettent de supprimer le tunnel central
et dégagent ainsi un nouvel espace à
 l’intérieur du véhicule. L’architecture 
intérieure est donc modifiée. Un autre 
exemple, la conduite pilotée : de nouvelles libertés vont émerger ici aussi. Le conducteur aura, dans le véhicule, plus de temps libre qu’il pourra utiliser à autre chose. Ce qui change à son tour les attentes posées à l’offre de divertissement et d’information. Nous avons montré avec l’Audi prologue concept et l’Audi e-Tron Quattro concept dans quel sens le design intérieur évoluera dans les prochaines années. Dans un futur proche déjà, les écrans s’imposeront dans les habitacles des véhicules, de sorte que les concepts de commande et d’affichage se fondront à l’architecture. » EG